Entêtes de page

mercredi 24 février 2016

Les travaux de l'extension de l'école avancent bien. Une de nos craintes étaient qu'ils perturbent les cours qui ont...

Posté par Eduq'Aid sur mardi 23 février 2016

lundi 22 février 2016

Pédagogie - l'importance du corps

Un peu trop souvent négligé par les éducateurs, le corps et l’activité physique sont pourtant deux facteurs très importants qui doivent être pris en compte dans l’enseignement.

La marche est l’un des exercices les plus simples qui soient connus, et c’est aussi celui qui impact le plus nos capacités cognitives. Une étude avait été menée par Dickens et Williamson sur le sujet, et de nouvelles recherches ont confirmé leur théorie. En effet, selon ces récents travaux, les filles qui vont à l’école en marchant ont de meilleures aptitudes cognitives que les adolescentes qui s’y rendent en voiture ou tout autre moyen de transport. Il en est de même pour les femmes qui font une distance de plus de 15 minutes contrairement à celles qui font moins de temps. Si cette étude semble être plus accentuée sur les femmes que sur les hommes, c’est parce l’adolescence est une période au cours de laquelle l’activité physique baisse fortement. Et cela se remarque encore plus chez les filles que chez les hommes, ce qui permet d’avoir de meilleurs résultats.

Marcher, c’est créer

La marche serait une source de création parce qu’elle permettrait à l’inconscient de faire ressortir des idées créatives. Selon une expérience réalisée à l’université de Stanford par rapport à la créativité, l’acte en lui-même a un impact direct sur le cerveau. Comme pour toutes expériences psychologiques, deux groupes ont été désignés pour participer aux travaux. Tandis que l’un des groupes restait sur place, le second groupe marchait, et les résultats obtenus furent les suivants : Le groupe qui marchait a trouvé plus de réponses inventives que le groupe immobile. La même expérience a été réalisée une seconde fois, avec les mêmes groupes. Mais cette fois, c’est l’équipe qui était immobile qui s’est mise à marcher, tandis que l’autre est restée immobile. Une fois encore, le groupe de marcheurs s’est révélé plus créatif.

Et grimper, c’est se souvenir

Les chercheurs se sont aussi intéressés à une autre sorte d’exercice que sont les activités « proprioceptifs », qui concernent notamment le fait de grimper à un arbre, ramper, ou encore courir pieds nus par exemple. D’après une étude menée par des scientifiques de Floride sur des personnes âgées entre 18 et 59 ans, ce genre d’exercice augmente de 50% la mémoire de travail, et ceci en très peu de temps.

Vers un nouveau mode d’enseignement ?


Des expériences sur l’impact des activités physiques sur le cerveau ont aussi été réalisées sur un groupe de 220 enfants âgés de 9 ans environ. L’étude fut menée sur toute l’année, et à la fin, des tests ont été effectués. Le groupe qui a bénéficié des exercices physiques a montré de meilleurs résultats que l’autre sur tous les plans.
Ce genre d’expérience a conduit John Medina qui au départ avait quelques doutes à en arriver à ceci : Et si, pendant les leçons, les enfants ne restaient pas assis à leurs pupitres, mais marchaient sur des tapis roulants ? Les élèves pourraient écouter un cours de mathématiques tout en marchant de 1 à 3 km par heure, ou étudier l’anglais sur des tapis roulants modifiés pour accueillir un ordinateur de bureau.” . Mais pour le biologiste, cela ne reste qu’une suggestion, et à moins d’en avoir les preuves dans le monde réel, personne ne saura jamais ce qu’il en est.

@Eduq'Aid