Entêtes de page

vendredi 11 janvier 2013

Innovations 2012

Source: Next-Afrique - www.nextafrique.com

De la recherche médicale aux infrastructures urbaines en passant par l’agriculture, les hautes technologies et le secteur automobile, voici le Top 10 des articles « Innovation » qui vous ont marqué en 2012.

Université panafricaine : ouverture en octobre avec trois des cinq instituts régionauxLe Cameroun abrite l’un des pôles régionaux de l’Université panafricaine (UPA) en création en 2012. L'UPA est appelée à dispenser aux jeunes Africains des formations pointues afin de répondre aux enjeux et défis du monde globalisé.


Sénégal : Le village de Kalom se dote d'une centrale électrique à base de résidus végétauxLe village de Kalom, dans la communauté rurale de Ngayokheme, dans l’est du Sénégal, a acquis sa centrale électrique à biomasse à la fin-juin 2012. Une électrification rurale qui se fait grâce aux coques d’arachide et tiges de mil sèches devenues une source d’énergie à conserver.


Un jeune entrepreneur conçoit une voiture « faite POUR l'Afrique »Un jeune ingénieur informaticien a travaillé à la résolution du problème de cherté des voitures d'occasion en Afrique avec la création de Mobius 2, une toute nouvelle voiture qui ne coûte que 6.000 dollars US.


L’Afrique ne reste pas sans réponse aux tablettes numériques venues d’Occident. Pour répondre aux besoins locaux en nouvelles technologies, deux entrepreneurs africains ont conçu des tablettes numériques innovantes et à faible coût.


Les 6 projets d'infrastructure urbaine les plus innovants d’Afrique en 2012 KPMG, le groupe français de prestations de services et de conseil, vient de publier une étude « Infrastructure 100: World Cities Edition » qui établit le palmarès des 100 projets d’infrastructure urbaine considérés comme les plus « innovants et inspirateurs au monde ». Next-Afrique s’intéresse aux six projets africains présents dans cette deuxième édition du rapport.


Un projet de traité relatif au financement, à la construction, à l’exploitation et au développement de l’interconnexion entre la Côte d’Ivoire, le Libéria, la Sierra – Léone et la Guinée (CLSG) a été adopté en mars 2012.

 Afrique : Produire sa propre énergie sur une initiative communautaire, c'est possible ! Combien d'Africains sont blasés par les coupures d'électricité et délestages intempestifs? Du Sénégal à l'Ethiopie, en passant par la Côte d'Ivoire ou le Mali, les africains subissent, encore en 2012, les nombreux problèmes d'approvisionnement en électricité.
Internet au défi du très haut débitComment faire face aux besoins exponentiels de bande passante dans les années à venir? Comment assurer un déploiement rapide de réseaux fixes à très haut débit dans un contexte économique difficile?


Les scientifiques découvrent un traitement contre une maladie du palmier dattier du désert Certaines plantes vénéneuses du désert du Sahara s’avèrent efficaces dans l’anéantissement d’un champignon qui ravage les palmiers dattiers au Maroc et en Algérie, ravivant ainsi l’espoir d’une solution à ce problème centenaire.


IBM lance son premier centre de recherche en Afrique La multinationale informatique IBM vient d’ouvrir à Nairobi au Kenya le premier centre de recherche en Afrique. L’initiative devrait renforcer la capacité du pays à se développer, à attirer et à retenir les chercheurs et experts en matière de TIC.

samedi 5 janvier 2013

Six questions au ministre de l'enseignement secondaire du Bénin

Interview réalisée par Francis Z. OKOYA

A la sortie de son exercice de défense de son budget 2013 devant les parlementaires, Monsieur Alassane Soumanou Djemba - Ministre de l'enseignement Secondaire Technique et Professionnel du Bénin- a bien voulu partager avec nous ses difficultés, ses besoins et son ambition pour l'éducation de son pays.

Françis OKOYA: Pas de facile de gagner des arbitrages budgétaires lorsque tout est prioritaire....

Alassane DJEMBA: « …Je pense néanmoins avoir convaincu les députés que l'éducation est un secteur clé. Un des leviers principaux du développement économique et social de notre pays.

FO: Comment activer ce levier?
AD : Il faut que nous visions la professionnalisation de nos apprenants. Il faut faire de nos écoles des entreprises et de nos entreprises, des écoles. Cela doit passer par un renforcement du partenariat public-privé. Nous de vons former des cadres qui puissent jouer leur rôle d'acteurs du développement et non des cadres voués au chômage. Nous avons beaucoup formé pour le chômage. Il faut qu’on arrête cela...

FO: Quelle est concrètement la situtation de l'enseignement secondaire, et à quoi allez vous prioritairement utiliser ce budget que vous venez de défendre avec succès?
AD: Aujourd’hui, j’ai un déficit de 5300 classes et de 11.000 enseignants. J’ai terminé l’année scolaire avec près 29.500 enseignants vacataires. La qualité de l’enseignement en souffre. Il faut aller alors vers la professionnalisation de ce corps. Le projet de budget pour lequel, nous demandons l’appui est plus de 52 milliards de francs Cfa dont plus de 44 milliards pour payer les fonctionnaires, les agents et les professeurs. On a pratiquement pas de marges pour les investissements.

FO: Que faites vous de votre part du PIP [NDLR: Programme d'Investissement Public financé par l'UE dans le cadre des accords ACP-UE]
AD: Au niveau du Pip, nous n’avons que 7 milliards que nous orientons prioritairement vers le règlement des décomptes. C’est-à-dire le reglèment de facture des projets commencés et dont nous privilégions l’achèvement. Face au déficit de salles de classes, ou d’enseignants, nous n’avons plus d’autres ressources.

FO: Mais en marge du budget de l'état, vous avez bien noué des partanariats pour accroitre la capacité d'enseignement...

AD: Oui! Mais nos partenaires n'ont pu tenir tous leurs engagements. Ils ont arrêté le financement. Nous n’avons bénéficié que de 211 modules de quatre salles de classes, soit 844 salles de classes sur les 5.300 attendues. Nous voulions aussi poursuivre la gratuité de la scolarisation accordée aux jeunes filles de la classe de 6ème jusqu’en 3ème mais pour pouvoir poursuivre cela sans aide de nos partenaires, il nous faut environ un milliard neuf cent million de Francs Cfa.

FO: Est-ce donc l'impasse?
AD: Assurément pas. Nous patiemment exliquer tout cela. Convaincre les députés de sanctuariser voire d'augmenter notre budget.  Solliciter les partenaires, et nous même faire preuve de volontarisme. Vous devez quand-même savoir que l'espoir est permis.